tsiganes

[ articles sur les Roms à Grenoble, en France et ailleurs ]

La nouvelle vie des Roms de Gardanne [metro]

source : http://www.metrofrance.com

Créé 24-10-2012 11:54 | Mis à jour 24-10-2012 18:55
roms

La mairie de Gardanne a mis à disposition le terrain de  l’ancien « Puits Z » pour installer les familles roms. Photo : EM

La nouvelle vie des Roms de Gardanne

Installés par la municipalité de Gardanne sur un terrain au nord de la ville, 62 roms vivent à l’abri des expulsions. Une solution temporaire pour la mairie qui renvoie la préfecture à ses responsabilités.

Une alternative aux expulsions. Depuis un mois et demi, la mairie de Gardanne a mis à disposition un terrain au nord de la ville pour 11 familles roms. D’apparence, le campement installé sur cet ancien site minier ressemble à n’importe quel autre, avec des caravanes et des abris de fortune. A quelques exceptions près. A l’entrée, un ballon d’eau de 20 000 litres jouxte des sanitaires mobiles, tandis que des groupes électrogènes tournent à plein régime.

Une véritable bouée de sauvetage pour Virginia, en train de faire une lessive. « Pas la police ici, pas la police ! dit-elle dans un français un peu hésitant. Ici, c’est bien, on peut rester, ce n’est pas comme à Marseille. Là-bas, c’est la police tout le temps, se remémore-t-elle en espérant des jours meilleurs. Je veux trouver un emploi pour le ménage, je peux faire ». Une projection vers l’avenir encore « impossible » il y a quelques temps, confie Pavel, 12 ans. « Avant, on ne pouvait rien faire. Maintenant, je vais pouvoir aller au collège, dès la semaine prochaine. J’aimerais apprendre à bien lire le français pour pouvoir travailler plus tard ».

Une solution encore provisoire

L’espoir de Pavel ? « Un exemple d’intégration possible », répond Christian Huc. Chef de la police municipale, il veille sur la sécurité du campement en tenant un discours humaniste et ferme à la fois. « C’est un travail quotidien, nos équipes viennent le matin et le soir pour vérifier si tout va bien. Il y 62 personnes, pas une de plus. On ne peut pas accepter d’autres Roms. C’était la condition au départ » assure-t-il en jetant un coup œil sur un groupe d’hommes partant chercher de la ferraille. « Ça leur rapporte entre 300 et 400 euros par mois » explique Georges Felouzis, directeur du centre communal d’action sociale (CCAS) de Gardanne.

Dans quelques semaines, ses services installeront des mobile homes sur le campement pendant la période hivernale. « Une solution temporaire, rappelle le maire communiste de la ville, Roger Meï. Nous apportons une réponse humanitaire, c’est dans la culture de la ville. Mais ce n’est pas à nous de faire ce travail, c’est à l’Etat de prendre ses responsabilités. C’est à lui de trouver une solution pour ces familles ». D’un montant de 30 000 euros, le coût de l’installation du campement a été pour le moment pris en charge par la ville, mais le maire entend bien envoyer la facture à la préfecture.

Eric Miguet

eric.miguet@publications-metro.fr

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :